Présumée disparue
EAN13 : 9782352048787
ISBN :978-2-35204-878-7
Éditeur :Les Arènes
Date Parution :
Collection :AR.HORS COLLECT
Nombre de pages :304
Dimensions : 21 x 15 x 3 cm
Poids : 686 g
Langue : français

Présumée disparue

De

20.00€
Nous n'expédions pas d'article pour l'instant. Nous serons bientôt de retour. Prenez soin de vous !
Une nuit, après une énième rencontre Internet ratée, Manon Bradshaw est envoyée sur une scène de crime. Edith Hind, étudiante à Cambridge, belle, brillante et bien née, a disparu. Peu d’indices, des traces de sang... Chaque heure compte pour la retrouver vivante. Les secrets que l’inspectrice Bradshaw s’apprête à découvrir auront des conséquences irréversibles, non seulement pour la famille d’Edith mais pour Manon elle-même.
Une formidable galerie de portraits, des reparties caustiques, une réflexion sur la solitude, une construction diabolique... L’inspectrice Manon Bradshaw fait une apparition fracassante sur la scène du polar mondial.

Susie Steiner (Auteur) a également contribué aux livres...

Présumée disparue

Présumée disparue

Susie Steiner

Le Livre De Poche

cet ouvrage n'est pas en stock, pour l'instant il n'est pas possible de le commander 8,70 €
Personne inconnue

Personne inconnue

Susie Steiner

Les Arènes

cet ouvrage n'est pas en stock, pour l'instant il n'est pas possible de le commander 20,00 €
En savoir plus sur Susie Steiner

Vidéo

Annaïk de la librairie Dialogues nous propose ses coups de cœur du rayon Polar : "Sur le toit de l'enfer" de Ilaria Tuti (éd. La Bête Noire), "Présumée disparue" de Susie Steiner (éd. Les Arènes) et "L'envers de l'espoir" de Mechtild Borrmann (éd. Le Livre de Poche).
Réalisation : Ronan Loup.
Questions posées par : Delphine Le Borgne.

2 Commentaires 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Derrière le vernis de la bonne société

3 étoiles

Par .

Édith Hind, est une jeune fille parfaite, bonnes études, bonne famille, une conscience écologique, un petit ami attentif….
Mais voilà, à quelques jours de Noël, tout vole en éclats, Édith disparaît, laissant la porte grande ouverte, quelques traces de sang….
La police va t’elle mettre plus de moyens car le père de la victime est le médecin de la famille royale ? Rien n’est moins certain car Manon Bradshaw, l’enquêtrice, bientôt la quarantaine et abonnée aux échecs amoureux sur internet, ne va négliger aucunes pistes, même des homicides obscurs, en apparence sans lien…
Il s’agit plus d’une enquête psychologique, que d’un thriller sanglant. Pas de courses poursuites, de crimes atroces, de serial killer… Mais une héroïne, drôle, un peu perdue, très humaine et surtout très normale.
Les apparences sont souvent trompeuses, cette enquête en sera la preuve, et certainement la première d’une longue série !!

4 étoiles

Par .

À presque quarante ans, Manon Bradshaw, officier de police dans le nord de Londres, est accro à son boulot. Mais pas que. Elle cherche aussi l’âme sœur sur Internet et enchaîne des rencontres décevantes. Quand la disparition d’Edith Hind, une étudiante de Cambridge, est signalée, elle est mise sur l’affaire.

L’enquête s’annonce compliquée avec comme seuls indices du verre brisé et des traces de sang dans son appartement. Ni son petit ami ni ses parents ne savent rien. Manon et son collègue Davy découvrent que la jeune fille, bien qu'issue d'un milieu aisé (le père est médecin de la famille royale et fréquente des politiques), a une vie moins lisse qu’il n’y paraît.

Dans ce polar polyphonique rondement mené avec des pointes d’humour, l’auteure s’attache à décrire les personnalités. Elle gratte le vernis des apparences et pointe également les faiblesses d'un système policier en manque de moyens. Mention spéciale pour le personnage de Manon un peu gaffeuse, qui sait faire preuve d'auto-dérision et tendrement attachante avec ses failles.
Pas de rebondissements à foison mais j’ai été ferrée par ce qui gravite autour de l'enquête et tout s'enchaîne sans temps mort. Mission accomplie pour ce thriller.

"Si elle était sincère, son profil afficherait plutôt : Misanthrope, avec un œil rivé au fond du gouffre du célibat. Tendance exaspérante à chercher la faute chez autrui. Exhale des RDD (Relents De Désespoir). Vit dans une galaxie infinie de solitude. Études : niveau intimidant. Prête à la cacher toutefois. Sujette aux crises de larmes. Souvent, se retrouve à googler : « Faire un enfant à 40 ans ». Recherche : philanthrope amateur de lecture, avec formation en psychothérapie, qui sache monter des étagères."