Palais disparus de Napoléon, Tuileries, Saint-Cloud, Meudon
EAN13
9782382030387
ISBN
978-2-38203-038-7
Éditeur
IN FINE
Date de publication
Collection
Monographie Catalogue
Nombre de pages
496
Dimensions
29 x 21 x 3 cm
Poids
2270 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Palais disparus de Napoléon

Tuileries, Saint-Cloud, Meudon

De

In Fine

Monographie Catalogue

Offres

Premier consul de la République puis empereur des Français, Napoléon Bonaparte a fait siennes les « maisons royales » de l’Ancien Régime. Entre 1800 et 1815, architecture, beaux-arts et arts décoratifs ont été convoqués pour offrir à un nouveau maître résolu à « finir la Révolution » un cadre tout à la fois luxueux et porteur d’un message d’ordre et de grandeur. Au désir de créer un écrin prestigieux pour Napoléon et son entourage s’est ajouté un dessein politique et économique : occuper artistes, artisans et ouvriers des manufactures, c’était pacifier une société à peine sortie de la tourmente révolutionnaire tout en promouvant l’industrie française face à ses concurrentes européennes. Trois des principaux palais ainsi réinventés – les Tuileries, Saint-Cloud et Meudon – ont brûlé en 1870 et 1871, durant la guerre franco-allemande et la Commune. De nombreux meubles et éléments de leurs décors mis à l’abri avant le conflit sont parvenus jusqu’à nous. Leur réunion, dans la galerie des Gobelins, ressuscite pour la première fois ces palais disparus et révèle l’inventivité des créateurs du premier XIXe siècle : de nouveaux types de meubles apparaissent, les arts du métal atteignent une sorte d’apogée, les murs des salons et les garnitures des sièges se parent de coloris acidulés d’une fantaisie absolue ; reconstitutions in situ et restitutions virtuelles évoquent les ensembles décoratifs surprenants conçus sous l’égide des architectes et des administrateurs du Garde-meuble. Palais disparus de Napoléon nous ramène ainsi deux siècles en arrière, dans le grand théâtre d’un Empire entre deux mondes, étonnante synthèse de l’ancienne monarchie et de la France nouvelle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Thierry Sarmant